Le modèle d’études et de designs que nous mettons en place, correspond à un schéma que nous avons patiemment affiné au cours de nos années de pratique de la Permaculture, de l’Agriculture Régénérative et du Management Holistique.

Le concept de design est primordial en Permaculture. L’histoire de la Permaculture ayant son origine en Australie, l’utilisation de ce mot anglais « design » à été tout de suite évident pour les anglo-saxons… Néanmoins pour nous autres francophones, c’est un mot difficile à traduire.

Il signifie à la fois la conception, la planification, la création et l’aménagement d’un système, c’est-à-dire que cela désigne à la fois « le fond et la forme ». Et c’est pourquoi, c’est finalement un terme bien pratique pour associer tous ces mots ensemble…

On parle principalement de 2 types de design : le design esthétique et le design fonctionnel. La Permaculture se concentre sur l’aspect du design fonctionnel.

Avec la même difficulté de traduction entre l’anglais et le français, il y a pas mal d’autres mots anglophone utilisés en Permaculture. Vous trouverez par exemple les mots « pattern« , « swale« , et d’autres dont la traduction est assez difficile. Nous en reparlerons…

Le mot « design » est emprunté au latin designare «marquer d’un signe, signaler à l’attention» et «choisir, nommer pour une fonction, une charge». C’est ce que fait la Permaculture, elle «marque d’un signe» et «nomme pour une fonction» (désigne) chaque élément introduit dans la terre, rien n’est là par hasard, mais est présent à dessein, chaque élément devant avoir idéalement, d’après David Holmgren et Bill Mollison (les 2 initiateurs australiens de la Permaculture), 7 fonctions, c’est-à-dire sept associations utiles à un ou plusieurs autres éléments du système.

Donc en Permaculture, un design se doit d’être fonctionnel.

Il est donc :

  • soutenable – il pourvoit à ses propres besoins
  • il a un bon rendement productif, ou même un rendement excédentaire.

Cela arrive lorsque les éléments ne créent pas une production inutilisée par d’autres éléments, et qu’ils ont leurs propres besoins fournis par les autres éléments du système. Si ces critères ne sont pas respectés, une pollution et un travail en résulte.

Une pollution est un produit non utilisé par quelque chose d’autre, résultat de la surabondance d’une ressource. Un travail en découle quand il y a un manque de ressources et quand un élément du système ne facilite pas un autre élément. Tout système deviendra chaotique s’il reçoit plus de ressources qu’il ne peut utiliser de façon productive (par exemple, trop de fumier peut entraîner une pollution).

Une ressource consiste en un stock d’énergie(s) disponible(s) permettant de faciliter le rendement. Le travail du designer en Permaculture est de maximiser ces stocks d’énergie(s) utile(s) dans n’importe quel système auxquels ils participent, que ce soit dans la maison, la propriété urbaine ou rurale, les terres, ou les jardins.

La diversité est liée à la stabilité. Il ne s’agit pas, cependant, du nombre d’éléments divers que vous pouvez mettre dans un système, mais plutôt des liens utiles que vous pouvez créer entre ces éléments.

Donc le design identifie au sein d’un système les différents éléments qui le constituent (plantes, vent, soleil, eau, construction, relation de prédation, etc) et cherche à les relier de manière complexe, en s’inspirant de l’observation du fonctionnement des écosystèmes naturels.

Les éléments ainsi entremêlés, le design reproduit l’efficacité éco-systémique où les produits d’un premier élément subviennent aux besoins d’un second. Chaque élément est analysé pour en connaître ses propriétés, ses besoins et ses produits, afin de l’insérer le plus efficacement possible au sein du design.

La synergie entre les éléments est obtenue en minimisant les déchets, le besoin en travail ou les besoins en énergie. Un design de Permaculture exemplaire évolue au fil du temps, et peut devenir une mosaïque extrêmement complexe de sous-systèmes conventionnels et inventifs qui produisent une haute densité de produits (nourriture, matériaux, organisation sociale, infrastructures, information) et ceci pour un effort minimum.

Pour réaliser tout cela, et en plus du cheminement de la méthode décrite ci-dessus, nous appliquons bien évidemment la méthode O’BREDIM…

CRÉATION DU DESIGN :

D1/ Description de votre contexte (par le client – sur internet) :

  • définissez votre contexte global, ainsi que les limites du lieu où vous envisager le design (cliquez sur le bouton « je souhaite un design ») :
  1. complétez au maximum la check-list du contexte concernant votre lieu,
  2. il nous faudra récupérer au minimum les numéros de parcelles cadastrales concernées par le projet et les renseignements obligatoires matérialisés par une *. 

D2/ Interview client (en ligne – environ 2% du temps passé) :

  • en fonction du questionnaire retourné (bouton « je souhaite un design ») , nous vous proposons une discussion sur les problèmes / besoins clés avant toute visite de votre lieu.

Nous proposons également des formations et des ateliers, vous permettant d’acquérir les compétences d’autonomie nécessaires à la mise en place d’un bon design de lieu.

D3/ Production d’un dossier de cartes satellites et topographiques (au bureau – environ 5% du temps passé) :

  • dossier imprimé (format A4) permettant d’avoir une première vision globale du lieu.

D4/ Consultation (sur place – environ 5% du temps passé) :

  • observation et évaluation des éléments constitutifs de la propriété selon les processus de design de la Permaculture. 

D5/ Schéma primitif de design (sur place – environ 3% du temps passé) :

  • proposition d’une vision primitive et globale sur les cartes aériennes et topographiques,
  • suggestions de plusieurs options et processus de régénération des paysages et de leur gestion future.

D6/ Imbrication et numérisation du design (au bureau – total d’environ 70% du temps passé) :

  • plans de design en format .kmz ou .kml, vous permettant de visualiser et de modifier toutes les données calque par calque et notamment les couches suivantes :
  1. Le climat (5% du temps passé) : qu’il soit humain ou biosphérique, il concerne les différents climats du lieu et de votre organisation. Effectivement, ces climats créent «les règles du jeu» dans l’application de nos méthodes de design.
  2. La géographie (10% du temps passé) : la géographie d’un lieu implique la région et les éléments physiques avec lesquels elle interagit. Elle comprend la topographie, la démographie et la géologie.
  3. L’eau  (15% du temps passé) : l’eau dont vous disposez est relativement fixe. Nous devons nous préoccuper de la façon dont nous utilisons au mieux ce qui est disponible en utilisant le Climat et la Géographie (et le capital) de notre mieux pour maximiser l’utilisation de cette ressource critique.
  4. Les accès (3% du temps passé) : les routes, les chemins et les sentiers sont des caractéristiques très permanentes dans les paysages. Leur placement définit notre mouvement et doit intégrer tous les éléments avec lesquels nous utilisons ces voies de connexion.
  5. La sylviculture (10% du temps passé) : les systèmes de plantes boisées vivaces sont des éléments vitaux, productifs et généraux dans n’importe quel paysage. Leurs assemblages peuvent être complexes dans leurs résultats et leur placement est essentiel pour soutenir et fournir d’autres systèmes.
  6. Les structures (8% du temps passé) : un éventail de structures sur toute exploitation est nécessaire pour rendre possibles les systèmes de production artificiels sédentaires que les humains appellent « agriculture ». Le placement et la conception devraient suivre ceux d’autres éléments, en particulier le climat, la géographie, l’eau et les accès.
  7. L’énergie (5% du temps passé) : rien n’est aussi fugace qu’un photon de lumière et le rôle principal de l’humanité doit être d’améliorer la photosynthèse à chaque occasion et d’encourager ses effets secondaires positifs, avec presque tous les systèmes d’énergie auxquels les humains ont accès à partir du soleil.
  8. Les clôtures (2% du temps passé) : la façon dont nous subdivisons nos paysages devrait suivre les lignes d’autres éléments plus permanents. Nous devrions concentrer nos efforts sur l’utilisation la plus flexible possible des clôtures, afin de tenir compte des opportunités changeantes et des rendements qui se produisent dans le paysage.
  9. Le sol (10% du temps passé) : facilement détruit et re-créé assez facilement, le sol est la base de l’économie de la vie. Une bonne gestion est essentielle à son développement et à son entretien. La protection du sol est renforcée en considérant d’autres éléments, en particulier l’eau, les forêts et les clôtures.
  10. L’économie (2% du temps passé) : l’analyse de l’économie, son marché et son accès n’a jamais été aussi simple. La difficulté reste dans les termes de l’échange, en particulier en ce qui concerne la conformité, mais lentement le vent tourne, car les humains sont incroyablement entreprenants, adaptables et difficiles à calmer.

D7/ Approfondissement de la consultation (sur place – si nécessaire) :

  • retour sur place pour un second parcours complet de la propriété, afin de ré-évaluer les solutions envisagées, des solutions de dépannage et des suggestions pour différents thèmes de développement et de gestion.

D8/ Rapport de design (au bureau – environ 15% du temps passé) :

  • un rapport écrit complet reprenant et explicitant les différentes couches précédentes issues des plans du design en .kml et .kmz.

 

MISE EN ŒUVRE DU DESIGN :

M1/ Évaluation et rétroaction sur le design / Modifications (en ligne) :

  • séance d’évaluation et de rétroaction sur le design et sur les détails afin d’envisager des modifications nécessaires, non prévues au départ,
  • application des modifications

M2/ Étude et comptabilisation des données de mise en oeuvre du design (au bureau) :

  • évaluation des quantités d’éléments à prévoir au design (tableaux de calculs fournissant des estimations destinées à budgétiser la mise en oeuvre du design, devis, etc…)

M3/ Suivi des actions (en ligne et/ou sur place) :

  • nous restons à votre disposition pour les appels, les réunions, les formations, les sessions en ligne ou les travaux de suivi et de supervision.

 

OPTION PARTENAIRE :

Étude topographique par drone :

  • préparation de mission drone : analyse du terrain à relever (présence de lignes électriques et autres obstacles), préparation réglementaire de la mission (demande d’autorisation auprès de la DGAC, coordination avec les exploitants de l’espace aérien sur site, etc…), vérifications météorologiques, préparation du matériel,
  • relevé de terrain par drone : relevé du terrain en un ou plusieurs vols, maintien du vol dans le cadre réglementaire et les règles de l’art,
  • post-traitement des données : analyse des données aériennes relevées, édition des livrables commandés par le client.

En savoir plus sur notre offre partenaire – drone

Vous souhaitez nous faire intervenir pour une mission bien définie et courte :

A/ *Création du design (Maitrise d’OEuvre MOE : consultation, conseil, expertise…) : 96€ de l’heure

B/ *Mise en œuvre du design (Assistance à Maîtrise d’Ouvrage – AMO : faisabilité technique, réglementaire et économique – planning – appel d’offres – suivi de chantier – réception travaux et/ou services)  : 64€ de l’heure.

Vous souhaitez nous faire intervenir pour une mission plus globale (réalisation et ampleur des travaux sont moins bien définies) : nos honoraires seront au pourcentage du montant total des travaux : de 5 à 10% (sur devis définitif pour mission partielle) à 10 à 15% (sur devis définitif pour une mission longue : de l’après-design à la livraison définitive). 

C/ Frais de déplacement :

  • billet avion / train, location de voiture + combustible + autoroute + restauration : au coût réel
  • voiture particulière : tarifs des impôts (kms calculés par Google Maps)

C/ Heures en déplacement : 32€ / heure (déplacement en avion, train et voiture (temps indiqué sur le billet (avion et train) ou temps calculé par Google Maps pour la voiture)

Commandez un design..

* Tarifs valables en France seulement – dans tous les autres pays nous mettons en place des contrats de design, de consulting et de planification appropriés (nous consulter).

Projet de design de 11 ha (gestion de l’eau en Keyline Design – agroforesterie – pâturages rationnels dynamiques) :

• D1/ Description du contexte – rempli par le client
• D2/ Interview client (en ligne) : 1h x 96€ = 96€
• D3/ Production d’un dossier de cartes aériennes et topographiques (au bureau) : 2,5h x 96€ = 240€
• D4/ Consultation (sur place) : 2,5h x 96€ = 240€
• D5/ Schéma primitif de design (sur place) : 1,5h x 96 = 144€
• D6/ Imbrication et numérisation du design (au bureau) : 27,5h x 96€ = 2640€
• D8/ Rapport de design (au bureau) : 7,5h x 96€ = 720€

• B/ Frais de déplacement : 4 x 42 kms AR x 0,575€/km = 96,60€

Total : 4176,60€ soit 380€ / ha

Le coût de développement total de ce design est de l’ordre de 47000€ soit 4270€ / ha.

Projet de design de 5000m2 :

• D1/ Description du contexte – rempli par le client
• D2/ Interview client (en ligne) : 0,5h x 96€ = 48€
• D3/ Production d’un dossier de cartes aériennes et topographiques (au bureau) : 1h x 96€ = 96€
• D4/ Consultation (sur place) : 2h x 96€ = 192€
• D5/ Schéma primitif de design (sur place) : 1h x 96 = 96€
• D6/ Imbrication et numérisation du design (au bureau) : 12h x 96€ = 1152€
• D8/ Rapport de design (au bureau) : 3h x 96€ = 288€


• B/ Frais de déplacement : 2 x 24 kms AR x 0,575€/km = 28€

Total : 1900€

Commandez un design…

Si vous n’avez pas encore navigué sur nos autres pages, voici quelques exemples de nos designs :